démarches obsèques

Les démarches obsèques commencent d’abord par bien comprendre les termes du lexique funéraire. Inhumation, crémation, funérarium, mise en bière… autant de termes spécifiques, compliqués mais importants. En effet, un lexique funéraire composé des termes fréquemment utilisés pour mieux comprendre l’organisation obsèques est souvent utile. C’est pourquoi nous avons crée cette page afin de vous faire un rappel des définitions liés au funéraire.

 

************************

Autorisation de fermeture du cercueil : La fermeture du cercueil est autorisée par l’officier d’état civil du lieu de décès ou, en cas d’application du premier alinéa de l’article R. 2213-7, par l’officier d’état civil du lieu de dépôt corpsL’autorisation établie sur papier libre et sans frais, est délivrée sur présentation du certificat de décès établi par le médecin ayant constaté le décès et attestant que celui-ci ne pose pas de problème médico-légal.

Acte de décès : est un acte juridique de l’état civil français. C’est un acte authentique, signé par un officier d’état civil, qui est établi à la mort d’une personne.

Avis de décès : publication dans la presse d’un texte afin de prévenir du décès et des obsèques d’un proche.

Capiton : rembourrage en tissu situé à l’intérieur du cercueil. Le capiton n’est pas obligatoire mais souvent proposé. Il peut être en lin, coton, satin, soie…

Case réfrigérée : cela permet de conserver le défunt dans de bonnes conditions de conservation. Elles sont présentes dans les maisons funéraires et dans les chambres mortuaires des hôpitaux. Elles peuvent servir de lieu de repos au défunt jusqu’à la date d’inhumation ou de crémation.

Cercueil : dernier lieu de repos du défunt. Le cercueil est obligatoire en France pour les enterrements et les crémations. Il peut être en bois, en carton, ou en métal pour un rapatriement à l’étranger.

Certificat de décès : Il s’agit d’un document rédigé par le médecin qui a constaté le décès, et qui comporte les éléments d’identification du défunt ainsi que l’heure et la date de la mort.

Chambre funéraire : est un lieu où les proches d’un défunt se réunissent avant la mise en bière et les obsèques. Ce lieu permet de participer au travail de deuil en remplaçant les veillées funèbres. C’est aussi un des lieux où sont pratiqués les soins de conservation avec l’hôpital et le domicile du défunt.

Chambre mortuaire : est un endroit aménagé dans un établissement de santé où sont gardés en priorité les corps de personnes décédées dans l’établissement. Les 3 premiers jours sont gratuits. Tous les grands hôpitaux disposent d’une chambre mortuaire, appelée aussi morgue, amphithéâtre ou dépositoire.

Crémation : c’est l’action de brûler le corps des morts par le feu. Un cercueil est obligatoire. Les cendres sont ensuite rendues à la famille qui a le choix entre disperser les cendres du défunt en pleine nature en dehors des voies publiques, d’inhumer l’urne dans une case de columbarium ou dans une sépulture, ou de sceller l’urne sur le dessus d’une sépulture. Interdit de conserver une urne contenant les cendres d’un défunt à domicile (Loi N° 2008-1350 du 19 décembre 2008).

Démarches après obsèques : cela ne concerne pas uniquement l’organisation de la succession. Après les obsèques il reste un grand nombre de formalités à réaliser dans des délais plus ou moins courts. (caisse primaire, banque, employeur, mutuelle, caisse de retraite, pôle emploi, tribunal d’instance, bailleur,locataire…).

Démarches avant obsèques : Il s’agit de l’ensemble des démarches administratives nécessaires à l’organisation des obsèques, comme  déclarer le décès auprès de la mairie concernée mais également l’organisation de l’inhumation avec le cimetière.

Dispersion des cendres : après une crémation, les cendres du défunt sont rendues aux proches dans une urne. La famille, peut disperser les cendres en pleine nature, hors voies publiques, ou encore dans des lieux dédiés appelés jardins du souvenir.

Entretien des sépultures : c’est le lieu où le corps d’un défunt est inhumé. L’entretien de cette sépulture est une obligation morale et légale (Article L2223-17 du Code des Collectivités Territoriales). La mairie peut, en effet, exiger que la famille nettoie la sépulture.Il revient donc aux concessionnaires ou à leurs familles de régulièrement faire le point sur l’état du monument funéraire. 

Exhumation : c’est le fait de sortir un corps de sa sépulture. Cela nécessite une autorisation du préfet de police ou du département. Cela se pratique généralement lorsqu’on souhaite transférer un défunt d’une sépulture à une autre, ou lorsqu’on souhaite réaliser une réunion des corps.

Faire-part :  message envoyé à ses proches pour les informer du décès d’une personne, ainsi que du lieu et date de la cérémonie. Peut également être envoyé après les obsèques en remerciement d’un soutien.

Frais avancés pour le compte de la famille : il s’agit de l’ensemble des frais que l’entreprise de pompes funèbres doit reverser à des opérateurs tiers, comme les taxes, les vacations de police, les frais de crématorium ou les frais de cérémonie religieuse. Ces frais devront apparaître sur le devis si l’opérateur funéraire en a fait l’avance.

Funérailles : elles ont le même sens qu’obsèques. Elles désignent l’ensemble des actions nécessaires menant à l’inhumation ou à la crémation du défunt.

Funérarium : c’est le lieu où peut reposer le défunt jusqu’à la date de la cérémonie. Si le décès a eu lieu dans un hôpital équipé d’une chambre mortuaire (gratuite pendant 3 jours), il n’est donc pas nécessaire de transférer le défunt dans une chambre funéraire privée. (Appelé aussi maison funéraire, chambre funéraire ou athanée).

Incinération : Il s’agit de la même définition que crémation, c’est-à-dire de brûler un corps par le feu et le cercueil est obligatoire.

Inhumation : cela consiste à mettre en terre le défunt, c’est l’action d’enterrer un mort et de lui donner une sépulture. Dans certains cas inhumation et crémation vont de paires comme procéder à une crémation pour ensuite inhumer l’urne contenant les cendres du défunt.

Levée du corps : Il s’agit d’un terme technique désignant l’instant où le cercueil contenant le défunt est emmené vers le corbillard. Il symbolise le début du convoi funéraire et de la cérémonie. Il s’agit de l’instant suivant la fermeture du cercueil.

Maître de Cérémonie : Le maître de cérémonie est la personne la plus importante lors de cérémonies d’obsèques. Il assiste la famille tout au long de la cérémonie et s’assure de la parfaite exécution de celle-ci. Lors de cérémonies civiles, il peut être amené à lire des textes ou à prononcer des discours en mémoire du défunt.

Mise en Bière : la mise en bière c’est l’action de placer le défunt dans le cercueil.

Nettoyage après décès : après un décès, il est nécessaire de faire une  des lieux pour éliminer toutes les bactéries. Pour ces raisons, il est souhaitable de faire appel à un spécialiste du nettoyage post mortem. 

Obsèques : appelé également funérailles, elles désignent l’ensemble des actions nécessaires menant à l’inhumation ou à la crémation du défunt.

Opérateur Funéraire : l’opérateur funéraire organise pour vous l’ensemble des éléments nécessaires pour des obsèques. Généralement il s’agit d’une pompe funèbres.

Oraison funèbre : c’est le discours prononcé en mémoire d’une personne décédée lors de ses obsèques.

Permis d’inhumer : c’est l’autorisation d’enterrer la dépouille. Elle est délivrée par l’officier de l’état civil après la présentation d’un certificat de décès rédigé par un médecin.

Plaque d’identité : plaque obligatoirement apposée sur les cercueils et les urnes et sur laquelle est inscrit les noms et prénoms du défunt ainsi que ses dates de naissance et de décès.

Pompes Funèbres : les entreprises de pompes funèbres sont chargées de l’organisation des obsèques d’une personne décédée. Les proches du défunt font appel à une entreprise de services funéraires, qui va définir et organiser avec eux les obsèques (inhumation ou crémation), le choix du modèle de cercueil, la date des funérailles, le lieu de culte éventuel, etc. Les entreprises de pompes funèbres peuvent être publique (en général un service de la mairie) ou bien une entreprise privée.

Porteurs : personnes chargées de porter le cercueil lors de la cérémonie. Ils sont en général quatre mais peuvent n’être que deux si des employés du crématorium peuvent se substituer à eux. La famille peut également choisir de porter elle-même le cercueil pour rendre un dernier hommage au défunt.

Rapatriement : c’est le transport du défunt de l’étranger vers la France, de la France vers l’étranger ou de deux lieux éloignés en France. Le rapatriement de défunt est fréquent suite à la volonté d’enterrer dans le pays d’origine.

Registre de condoléances : il s’agit d’un livre mis à disposition pendant la cérémonie et permettant de signaler sa présence mais surtout d’écrire un mot à la mémoire du défunt ou en soutien aux proches.

Reliquaire : le terme « reliquaire » du latin reliquiae (« les restes ») s’applique théoriquement à tout récipient contenant des reliques d’un saint, y compris les châsses, mais en pratique on le réserve à des coffrets et boîtes de plus petite taille qui ne contiennent pas le corps entier. On parle aussi de boîte à ossements. Il sert principalement dans le cadre de la réunion de corps.

Réquisition de police : en cas de décès sur la voie publique, la police réquisitionne un opérateur funéraire pour le transport et la conservation du défunt dans un lieu approprié.

Réunion des corps : cela consiste à rassembler les ossements d’un défunt et à les placer dans une boîte à ossements, aussi appelée reliquaire. Cette opération est nécessaire lorsqu’une sépulture est pleine et qu’on souhaite récupérer de la place. Aussi appelée, la réduction des corps.

Salon permanent : salon disponible dans une chambre funéraire. Il est dédiée au défunt et permet à la famille de venir se recueillir ou d’organiser des veillées funèbres à n’importe quel moment.

Salon de présentation : salon disponible dans une chambre funéraire ou une chambre mortuaire. Terme générique désignant un salon permanent ou un salon temporaire.

Salon temporaire : salon disponible dans une chambre funéraire ou une chambre mortuaire. Il n’est pas dédié au défunt et il est donc nécessaire de prévenir la chambre funéraire ou mortuaire avant son arrivée afin que celle-ci dispose le défunt dans le salon.

Soins de conservation : ils s’agit de soins permettant une meilleure conservation et présentation du défunt. Appelés également thanatopraxie ou soins funéraires.

Thanatopraxie : il s’agit d’une méthode permettant de retarder le plus longtemps possible la décomposition des cadavres par des techniques d’embaumement. L’injection de produits formolés est aussi imposée lors d’un transport avant mise en bière de plus de 600 kilomètres. Par ailleurs, certains pays exigent des injections formolées pour la rentrée d’un cercueil sur leur territoire.

Toilette mortuaire : La toilette mortuaire représente l’acte de laver le corps du défunt.

Transfert après mise en bière : transport du défunt lorsqu’il se situe dans un cercueil, généralement vers le lieu de cérémonie, le lieu d’inhumation ou le lieu de crémation.

Transfert avant mise en bière : transport du défunt lorsqu’il ne se situe pas dans un cercueil, généralement dans le cas d’un décès à domicile pour le transport vers une chambre funéraire.

Vacation de police : présence d’un policier lors d’opérations spécifiques, notamment pour une exhumation ou pour une mise en bière lors d’une crémation. Il s’agit d’une taxe forfaitaire facturée par les pompes funèbres et redistribuée aux forces de police. Cette taxe doit être mentionnée sur le devis.